MOONLIGHTS
RPG Science-Fiction / Fantastique. Avatars illustrés. Tous âges et niveaux. Pas de minimum de mots.
2107. Terriens et Lunariens vivent dans la paix, sous le signe du partage et de l’évolution. Grâce à la lumière lunaire et aux sélénites, les humains commencent à développer les mêmes pouvoirs que leurs cousins. Pour la première fois cette année, après un siècle et demi d’histoire complexe entre la Terre et la Lune, le tirage au sort a désigné un Lunarien pour prendre la tête du Conseil de la Fédération Terrienne. La nouvelle est clivante : si certains y voient une belle progression à l’avenir, d’autres redoutent les contestations ou même des luttes de pouvoirs en ces temps troublés. Sous Terre aussi, chez les Endogées, les opposés s’affrontent, entre régression et idéalisme. Alors que chacun essaie d'avoir sa part du gâteau, votre aventure commence ici : qui serez vous ?

Partagez | 
Ose, ou tu espèreras jusqu'à la fin. ft. Willow.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Juin - 13:05
avatar
170
messages
Date d'inscription : 04/02/2017
Zone Image :
Messages : 170
Genre : Féminin
Occupation : Journaliste et communiquante.
Habitat : Ys.
Pouvoir : Polymorphie
Joué par : Lyxiae
Avatar : Yennefer de Vengerberg
http://moonlights.forumotion.com/t107-aller-et-retour http://moonlights.forumotion.com/t38-lorelai-helena-nilsson-im-not-heartless-ive-just-learned-how-to-use-my-heart-less http://moonlights.forumotion.com/t69-lorelai-h-nilsson-moonlight-shadow
Administratrice Lunaire
Administratrice Lunaire
Sujet: Ose, ou tu espèreras jusqu'à la fin. ft. Willow.


...
Ose, ou tu espèreras jusqu'à la fin.
Willow & Lorelai
Plusieurs jours étaient passés depuis que le festival de Lunaria était terminé, et Lorelai cherchait à grand peine de quoi écrire. Elle ne pouvait pas justifier encore longtemps de ne pas être en Ys pour gérer son équipe. Mais cette escapade Lunarienne était une telle bouffée d’air frais pour elle qu’elle craignait son retour. A plus forte raison depuis que son père et son frère lui avaient dit vouloir la voir.

La jeune femme poussa un soupir à cette idée, alors qu’elle arpentait la ville la tête baissée. Elle se sentait bien, mais une boule naissait dans sa gorge. Au moins, ce soir là, elle devrait avoir quelque chose à écrire. La veille, elle avait découvert une artiste peintre à l’occasion d’une visite dans une toute petite galerie d’art naissante. Elle y avait repéré une peinture d’une grande sensibilité, qu’elle avait achetée immédiatement. Son premier coup de tête depuis bien longtemps. Lorelai avait émis le souhait de rencontrer l’artiste à l’origine de l’oeuvre, mais le galeriste lui avait expliqué qu’elle ne venait pas dans sa galerie et qu’il n’avait lui même jamais pu la rencontrer. En revanche, il connaissait son adresse et, s’il n’avait pu garantir à Lorelai qu’elle serait accueillie, il lui avait cédé l’information de bon coeur. La lunarienne s’était par ailleurs fait la réflexion que cette mentalité généreuse lui manquait, à Ys, où tout devait se monnayer.

C’était donc la suite logique des événements que de voir à présent Lorelai, au coeur de Lunaria, à la recherche de la demeure de l’artiste. Demeure qu’elle mit du temps à trouver tant elle connaissait peu la zone résidentielle. L’endroit changeait plus vite qu’elle l’espérait, et Lorelai avait surtout grandi en centre-ville, en réalité. Les privilèges d’appartenir à une famille comme la sienne. Elle regrettait un peu, au fond, de ne plus être cette gamine connaissant la ville comme sa poche. Il lui fallait faire la part des choses néanmoins, elle devait vivre entre deux grandes métropoles qui n’avaient absolument rien en commun, jusque dans l’air qu’elle y respirait.

Une bonne heure de marche plus tard, la lunarienne arriva à destination. Une idée lui traversa l’esprit : serait-elle bien accueillie ? Elle qui ne se posait que très rarement ce genre de question réalisait qu’il n’était pas question ici de journalisme d’investigation, c’était même tout à fait personnel comme démarche. Si en Ys il fallait être “rentre-dedans” pour obtenir ce que l’on souhaitait, elle était à Lunaria. Chez une artiste qui n’avait rien demandé, et qui semblait ne pas apprécier faire partie “du grand monde”. Et elle se ramenait, comme ça, sans s’annoncer et sans invitation. “Tant pis” se dit elle. Elle avait besoin de rencontrer cette artiste, et ne gagnait rien à avoir des remords maitnenant.

Elle porta la main devant la porte, et frappa.
by Lyxiae


Lorelai tape la discute en #08C2CB
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Juin - 15:26
avatar
35
messages
Date d'inscription : 15/06/2017
Zone Image :
Messages : 35
Genre : Féminin
Occupation : Peintre
Habitat : Lunaria
Pouvoir : Télépathie
Joué par : Willow Maya
Avatar : Tomoyo, CLAMPS
http://moonlights.forumotion.com/ http://moonlights.forumotion.com/t179-willow-blume-o-terminee#664 http://moonlights.forumotion.com/t180-willow-m-b-o-les-branches-et-les-feuilles-qui-se-raccrochent-a-moi
Sujet: Re: Ose, ou tu espèreras jusqu'à la fin. ft. Willow.

image    



▬ 956 mots
agglomération de Lunaria, domicile de Willow Blume.


La senteur forte du savon monta à ses narines et elle inspira rapidement, juste le temps de lever son coude, pour éternuer proprement en son creux. Elle fronça le nez pour évacuer la sensation de chatouilles dans ses sinus et renifla négligemment en reprenant son activité.
Avec dextérité, elle pressait le savon granuleux entre ses deux doigts – son pouce et son index – pour qu’il puisse correctement pénétrer entre les poils du pinceau, et elle massa. Les derniers résidus d’huile légèrement diluée et teintée défirent leur emprise sur l’outil, et elle rinça le tout, propre, à l’eau tiède. Elle réitéra son geste sur le pinceau, le savonnant, le roulant entre ses doigts, le rinçant, et finalement l’imbibant à nouveau de savon, afin qu’il garde sa douceur et sa souplesse, puis nettoya le reste de ses pinceaux souillés – qu’elle récupérait de leur trempette dans le solvant, la tête en bas et le manche coincé dans la spirale métallique du lave-pinceau – de la même façon. Elle rangea alors selon leur caractéristiques les outils – pinceaux et couteaux de peinture – dans leur tapis en bambou.

Les mains trempées et les doigts ridés, elle passa les menottes sous l’eau claire, se savonna correctement au savon doux, et se sécha à l’aide du torchon odorant -  l’humidité y avait fait son travail des mois durant – qui pendait à côté, au mur, du grand évier de l’atelier. Elle le remit à sa place, sur le petit crochet fixé au mur de pierre, et s’étira, épuisée de sa nouvelle journée de travail.

Un artiste travaillait souvent jour et nuit, avec acharnement, sans faire attention à la fatigue qui pouvait peser sur leurs frêles épaules. A l’école, plus jeune alors, lorsqu’elle avait pris des cours d’histoire de l’art terrienne, on lui avait expliqué que beaucoup d’artistes des siècles passés (qui étaient en leur temps majoritairement des hommes) s’étaient même abstenus toute relation avec quelconque femme, la mentalité homosexuelle n’ayant pris son essor que des années plus tard. Trop de travail, trop d’attention, qu’ils disaient qu’elles demandaient. Et trop de temps passé à aimer ces femmes aurait évidemment été du temps perdu pour produire, produire, et produire.

Quelle tristesse. Willow n’était pas du même point de vue. Elle ne vivait pas pour peindre, bien que l’art pictural fût entièrement la vocation pour laquelle son être se dévouait, mais en ses temps tragiques, elle peignait pour vivre (bien que son nom fût assez bien connu parmi ceux des peintres de Lunaria pour pouvoir vendre ses toiles à très bon prix), et non l’inverse. En ce sens, elle n’était pas l’artiste qui pouvait passer des nuits sans dormir et à travailler sous une lampe à huile dont la lumière flageolait. Bien sûr, elle avait passé des nuits blanches devant ses toiles, parce qu’elle aimait ça. Mais elle aimait à s’arrêter, prendre du recul respirer, et vivre autre chose.

Elle aimait s’instruire : elle allait souvent dans Sirona acheter des ouvrages, ou lire à la bibliothèque municipale. Elle regardait nombre de longs-métrages, aussi, et trainait beaucoup dans les galeries privées de tableaux, au musée, et dans les galeries marchandes artistiques. Elle aimait s’instruire, et vous l’aurez remarqué, elle aimait s’instruire par elle-même.
Elle pouvait critiquer ces hommes qui refusaient l’amour de leurs femmes (elle pensait particulièrement à Rodin, cet artiste sculpteur-assembleur qui n’eut jamais reconnu l’enfant qu’il eut avec sa compagne, qu’il n’épousa non plus jamais), mais elle ne faisait pas mieux. Elle ne cherchait aucun homme, ni aucune femme d’ailleurs. Elle n’en avait pas grand intérêt, non pas parce qu’ils lui feraient perdre son temps, mais seulement parce que le temps lui avait certifié que s’amouracher de quelqu’un était impensable. Elle qui ne pouvait même pas se faire un ami, comment pourrait-elle un jour imaginer partager la vie de quelqu’un ? La pensée la fit pouffer de rire.

On toqua à la porte, et elle sursauta, son cœur suivant son corps dans un bond vertigineux. Elle ouvrit les yeux tout rond, et derrière la partie vitrée de son atelier, elle aperçut la porte d’entrée. Une ombre s’y découpait, floue.

Peut-être Willow aimait être seule, non pas que la solitude ne la répugnât. Peut-être préférait-elle ne pas partager la vie de quelqu’un, mais elle savait aussi qu’elle était très friande des visites impromptues. Ce qu’elle souhaitait justement, c’est pouvoir sortir de sa solitude morne.

Elle ôta son tablier taché et sale, et dans sa tenue décontracté – à la place d’une robe ou d’une jupe, elle avait enfilé un pantalon de coton simple, sombre, et une chemise à boutons. Elle pressa le pas et quitta son atelier pour aller ouvrir.

La porte se défila sur le visage d’une jeune femme. Willow cligna des yeux et pensa qu’elle l’avait déjà vue quelque part. Puis elle devina qu’elle avait certainement remarqué cette jolie frimousse en gambadant, les yeux trainants, dans les rues de la ville dans laquelle elle aimait à flâner. Elle exposa un sourire tout à fait poli sur ses lèvres, interrogative quant à la visite d’un si joli brin de femme, et, une main sur la hanche, la porte grande ouverte sur l’inconnue et l’autre main posée sur le bouton argenté, elle pencha la tête.

"Bonjour ? Je peux vous être utile ?"

Et puis elle remarqua que l’heure avancée de l’après-midi se prononçait dans la lourdeur de l’air et dans le gris délavé du ciel. Elle fit un pas en arrière en remarquant le léger pli sous la paupière inférieure de la dame brune.

"Vous désirez entrer, peut-être ?" Elle n’attendit pas sa réponse pour lui tourner le dos, dans sa naïveté naturelle, et avancer dans la maison, bifurquant à droite dans la cuisine, prête à lui remplir un petit verre d’eau. " Fermez la porte derrière vous, s’il vous plait."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Juil - 12:55
avatar
170
messages
Date d'inscription : 04/02/2017
Zone Image :
Messages : 170
Genre : Féminin
Occupation : Journaliste et communiquante.
Habitat : Ys.
Pouvoir : Polymorphie
Joué par : Lyxiae
Avatar : Yennefer de Vengerberg
http://moonlights.forumotion.com/t107-aller-et-retour http://moonlights.forumotion.com/t38-lorelai-helena-nilsson-im-not-heartless-ive-just-learned-how-to-use-my-heart-less http://moonlights.forumotion.com/t69-lorelai-h-nilsson-moonlight-shadow
Administratrice Lunaire
Administratrice Lunaire
Sujet: Re: Ose, ou tu espèreras jusqu'à la fin. ft. Willow.


...
Ose, ou tu espèreras jusqu'à la fin.
Willow & Lorelai
L’accueil que reçut Lorelai l’etonna. Les sous-entendus de celui qui lui avait vendu le tableau semblaient indiquer que cette Willow Blume était quelqu’un qui tenait à sa solitude et qui ne souhaitait pas recevoir de visites. Force est de constater qu’il avait extrapolé grandement, et que, peut-être, ce n'était qu’une mauvaise expérience personnelle qui le poussait à induire les gens en erreur de la sorte. Un sourire sincère se dessina sur les lèvres de la lunarienne lorsqu’elle découvrit l’artiste derrière l’oeuvre. Déjà parce qu’elle était toujours heureuse de découvrir des femmes talentueuses, elle n’avait pas si souvent l’occasion d’en voir de par son métier qui consistait beaucoup à poursuivre des hommes puissants. Également, elle avait été saisie immédiatement par un sentiment de réconfort qu’elle n’aurait su expliquer.

L’artiste l’invita immédiatement à entrer, ce qui surprit grandement la journaliste. Lunaria n'était pas l’endroit qui souffrait le plus de criminalité mais, tout de même, une hospitalité de cette sorte n'était plus vraiment dans les moeurs depuis la colonisation. La jeune femme suivit son hôte tout en essayant de se présenter au mieux. Il était difficile pour elle de trouver les mots juste sans passer pour une fouineuse ou bien une admiratrice écervelée.

“ Je m’appelle Lorelai” commença-t-elle en laissant soigneusement de côté son nom de famille. “ J’ai découvert votre travail dans une galerie et ca m’a beaucoup touchée et … je pense que plus de gens devraient vous connaître. Pardon, je suis journaliste.”

*Trop direct* songea-t-elle. Et les mots se bousculaient sans vraiment s’organiser. Elle qui avait l’habitude pourtant de choisir les bons mots en toutes circonstances, qui avait fait son métier de la manipulation médiatique pendant quelques temps, elle se retrouvait mise en échec par, finalement, rien du tout. Cela témoignerait peut-être de sa sincérité, au moins ?

Lorelai ferma la porte comme son hôte le lui avait indiqué et la suivit dans la maison qu’elle jugea confortable et bien moins intimidante qu’elle aurait cru. La lunarienne aimait beaucoup les intérieurs, ils témoignent bien souvent de la personnalité et des passions de ceux qui les habitent. Enfin, l’habitante était là, nul besoin de se lancer dans une analyse de la décoration. La fille Nilsson parvint à se ragaillardir et reprit, un peu plus posément, son débit de parole redevenu plus naturel.

“ Si vous ne voulez pas, je ne ferai pas d’article sur vous, je voulais simplement vous rencontrer. Savoir qui est derrière ces oeuvres. Tout le monde apprécie votre travail mais, au fond personne ne vous connais, je pense que c’est regrettable.”

by Lyxiae


Lorelai tape la discute en #08C2CB
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 10 Juil - 12:12
avatar
35
messages
Date d'inscription : 15/06/2017
Zone Image :
Messages : 35
Genre : Féminin
Occupation : Peintre
Habitat : Lunaria
Pouvoir : Télépathie
Joué par : Willow Maya
Avatar : Tomoyo, CLAMPS
http://moonlights.forumotion.com/ http://moonlights.forumotion.com/t179-willow-blume-o-terminee#664 http://moonlights.forumotion.com/t180-willow-m-b-o-les-branches-et-les-feuilles-qui-se-raccrochent-a-moi
Sujet: Re: Ose, ou tu espèreras jusqu'à la fin. ft. Willow.

discuter    



▬ 550 mots
agglomération de Lunaria, domicile de Willow Blume.


_______Willow n’était pas tellement habituée à recevoir de la visite. Depuis qu’elle était majeure – ou du moins, indépendante – Chokmah avait été le seul à venir lui rendre visite, à l’époque où elle habitait encore dans un petit appartement aux abords proches de la ville. Mais depuis qu’il était décédé, Willow n’entendait plus de coups à sa porte, à part lorsqu’il s’agissait du facteur ou de quelconque administration. Elle s’y était habituée. Et bien que cela l’attristait, elle s’en remettait à son bon sens, et à l’évidence : elle ne connaissait personne sinon Konstantin qui passait le plus clair de son temps sur la Terre. Qui donc pouvait avoir une raison de venir lui taper causette ? Personne, vraiment.

L’être humain, qu’il soit terrien ou lunarien, était amusant dans le sens où il était capable de s’imaginer réagir à une situation qu’il appréhendait, et ce plusieurs fois, pour ne pas respecter son texte le moment venu. C’est ce qui était arrivé à Willow en ce jour, précisément.

Elle aurait pensé que, si quelconque individu avait frappé à sa porte, elle aurait eu l’air prudente, et sûre d’elle, voire même un peu hautaine. Elle aurait pensé pouvoir faire face à l’inconnu en se présentant comme quelqu’un qu’il ne fallait pas trop embêter, au risque de l’être en retour. Mais évidemment, Willow espérait la venue de n'importe qui. Elle l’avait toujours espéré.

Ainsi ne fut-il pas surprenant qu’elle eût agit tout au contraire de ce qu’elle avait prévu. Quel fut l’état de son cœur – alors tout frétillant et excité – lorsqu’elle vit apparaître la brune qui se présenta comme étant une journaliste.


_______Willow n’était pas non plus habituée à parler d’elle. Pendant près de vingt ans, elle avait passé sa vie soit avec sa famille – qui la connaissait sous toutes les coutures – soit avec son précepteur – qui avait tout su d’elle avant de la connaitre – et elle n’avait jamais été contrainte de parler de ce qu’elle pensait à l’école ou avec des gens extérieurs à son cercle familial. La colonisation en était en grande partie la cause ; les Lunariens n’avaient pas l’habitude de partager leurs avis et positions depuis lors, et ce n’était pas au plus grand dam de la brunette. A l’époque, elle était devenue silencieuse, et observatrice. Son métier ne s’en comprenait que mieux.

Mais à ce jour, Willow était devenue une femme potentiellement bavarde. Elle avait soif de discuter, et découvrir cette chose que l’on appelait sociabilité la fascinait. La jeune femme, Lorelai, était presque comme un cadeau, une chance. Que pouvait-on espérer de mieux qu’une journaliste ?
Willow n’avait rien à cacher, rien, à part son pouvoir. Mais qui pouvait la blâmer de ne rien en dire ? Ou de mentir ? Personne.

Personne.

Elle s’arrêta à mi-chemin entre la brune et la cuisine.

" Oh, fit-elle en se retournant, la bouche en ‘o’. Je vous en prie, ce ne pourrait être que bénéfique pour moi ; comme vous le pensez, je n’ai jamais été interviewée. Mais il y a un début à tout, n’est-ce pas ? »

Elle lui fit un signe de la main l’invitant à la suivre jusqu’au salon, où elle se baissa rapidement pour discrètement se débarrasser de quelques saletés traînant par-ci par-là.

« Je vous en prie, asseyez-vous. Vous voulez quelque chose à boire ? Un thé, un café ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 26 Juil - 11:08
avatar
170
messages
Date d'inscription : 04/02/2017
Zone Image :
Messages : 170
Genre : Féminin
Occupation : Journaliste et communiquante.
Habitat : Ys.
Pouvoir : Polymorphie
Joué par : Lyxiae
Avatar : Yennefer de Vengerberg
http://moonlights.forumotion.com/t107-aller-et-retour http://moonlights.forumotion.com/t38-lorelai-helena-nilsson-im-not-heartless-ive-just-learned-how-to-use-my-heart-less http://moonlights.forumotion.com/t69-lorelai-h-nilsson-moonlight-shadow
Administratrice Lunaire
Administratrice Lunaire
Sujet: Re: Ose, ou tu espèreras jusqu'à la fin. ft. Willow.


...
Ose, ou tu espèreras jusqu'à la fin.
Willow & Lorelai
Les paroles de la peintre terminerent de rassurer Lorelai sur sa démarche. Cependant, un petit doute commençait à poindre dans son esprit. Elle était venue, bien. L’artiste l’accueillait avec une bienveillance surprenante, certes. Mais pour la première fois depuis le début de sa carrière de journaliste, elle n’avait rien préparé. Tout cela ressemblait beaucoup à un coup de tête et son intérêt était aussi personnel que professionnel, et elle se sentait un peu coupable d’user de son métier pour justifier de rencontrer quelqu’un qui, sans doute, l’aurait ignorée dans la rue ou prise pour une fanatique. Lorelai secoua la tête en chassant ces idées de son esprit. Brusquement, elle répondit à la proposition de la peintre, tentant tant bien que mal de garder une contenance professionnelle et un sourire chaleureux.

“Un thé ira très bien, merci !”

Elle prit une grande inspiration et reprit une position plus droite, une position qui montrait son assurance. Aussi étonnant que cela puisse paraître, ça fonctionnait assez bien, une sorte de “fake it until you make it” express, lorsqu’elle doutait. Elle prenait un air assuré et l’assurance venait immédiatement. Il faut parfois savoir prendre le temps de se rassembler. La journaliste sortit ensuite un carnet de son sac, ainsi qu’un crayon, et un enregistreur - dernier modèle, cadeau de son frère. Lorsque Willow sembla revenir, Lorelai prit la parole, posément.

“Je vous avoue que je suis venue un peu ici sur un coup de coeur … ou un coup de tête. Ce n’est pas une interview très programmee, plus une discussion et je partirai de la. Ca ne vous dérange pas que j’enregistre ? Sinon je prendrai simplement des notes, c’est a vous de voir.”

Il était rare que les gens refusent le dictaphone, hormis quelques sommités du monde politique qui, bien qu’ils contrôlent à la perfection ce qui sort de leur bouche, font tres attention a la revente de matériel audio sur eux, qui peut être remontés hors contexte et utilise contre eux. Mais dans un contexte comme celui-ci, il y avait peu de chances de se retrouver face à ce genre de cas. Néanmoins, elle reprit, comme pour s’assurer qu’aucun risque ne soit pris.

“Bien évidemment si j’utilise un enregistrement audio je le garderai pour moi et ne le diffuserai pas. Et vous aurez droit à une copie si cela vous intéresse.”

Lorelai préférait clarifier les choses et mettre l’artiste dans les meilleures conditions possibles, après tout, elle venait d’admettre ne s'être jamais prêté à l’exercice de l’interview, et cela pouvait être intimidant, elle etait tres bien placee pour le savoir.




by Lyxiae


Lorelai tape la discute en #08C2CB
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 11 Sep - 10:03
avatar
35
messages
Date d'inscription : 15/06/2017
Zone Image :
Messages : 35
Genre : Féminin
Occupation : Peintre
Habitat : Lunaria
Pouvoir : Télépathie
Joué par : Willow Maya
Avatar : Tomoyo, CLAMPS
http://moonlights.forumotion.com/ http://moonlights.forumotion.com/t179-willow-blume-o-terminee#664 http://moonlights.forumotion.com/t180-willow-m-b-o-les-branches-et-les-feuilles-qui-se-raccrochent-a-moi
Sujet: Re: Ose, ou tu espèreras jusqu'à la fin. ft. Willow.

allure    



▬ 550 mots
agglomération de Lunaria, domicile de Willow Blume.


_______Les paroles de la brune lui firent plaisir. Qu’elle fût venue sur un coup de cœur ou un coup de tête, l’issue était la même, et l’idée-même que ladite Lorelai puisse avoir entendu parler de l’insignifiante Willow la touchait. Elle lui tendit alors un sourire entendu et disparut quelques instants dans la cuisine pour faire chauffer l’eau, avant de revenir s’asseoir sur le canapé qui faisait face au petit fauteuil occupé par son invitée.
_______Lorsqu’elle vit cette dernière sortir son matériel d’écoute et de note, la petite Blume eut l’impression d’être interrogée pour une quelconque enquête et cela la fit presque rire. La maison avait été si vide pendant des années, et voilà que d’un seul coup on venait lui poser des questions, à sa plus grande surprise. Elle en était tout à fait heureuse.

" … Ce n’est pas une interview très programmée, plus une discussion et je partirai de là. Ça ne vous dérange pas que j’enregistre ? Sinon je prendrai simplement des notes, c’est à vous de voir. "

Elle tourna la tête un peu naïvement vers le visage de son hôte et releva haut les sourcils sur son front.

" Ha- non, non ! du tout. Ce sera même plus agréable ; je n’ai pas reçu à la maison pour discuter depuis bon nombre d’année, et bavarder me fera le plus grand bien. "

Pourtant, la présence du microphone l’intéressa plus que de raison. En vérité, elle se demandait à quoi ressemblait réellement sa voix, et de quelle façon elle parlait. Elle ne se souvenait pas d’avoir été filmée par ses parents un jour – non pas qu’elle puisse dire être partie en vacances ou fêter quoi que ce fut avec sa famille – et elle ne savait véritablement pas à quoi elle pouvait bien ressembler quand elle s’adressait à quelqu’un. Elle faillit ajouter comme quoi elle laisserait faire si sa voix n’était utilisée à mauvais escient – sur le ton de la plaisanterie bien entendu – mais la jeune journaliste la devança de peu.

" Bien évidemment si j’utilise un enregistrement audio je le garderai pour moi et ne le diffuserai pas. Et vous aurez droit à une copie si cela vous intéresse. "

Elle sourit une nouvelle fois.

" Cela m’étonnerais que vous utilisiez quoi que ce soit contre moi, je vous fais confiance. Etre enregistrée ne me dérange pas vraiment. Je serais même contente que cela me fasse un peu de publicité, vous voyez… "

Le petit bip ! de la théière parvint jusqu’au salon, et Willow se releva en s’excusant doucement pour aller faire infuser les sachets de thé. Elle amena le tout – théière et tasses, coupelles et sucres, cuillères et miel.

" Servez-vous, je vous en prie. Voulez-vous que je commence par parler de moi ? Ou même de ce que je fais. Je ne sais pas vraiment de quoi il faut parler dans ces cas-là. "

Elle versa le thé bouillant dans les tasses et lui fit signe de compléter sa boisson si elle le désirait. Elle porta la coupelle et la tasse dans ses mains, et se laissa aller sans trop de mauvaises manières sur le dossier confortable du canapé anthracite.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 15 Sep - 11:36
avatar
170
messages
Date d'inscription : 04/02/2017
Zone Image :
Messages : 170
Genre : Féminin
Occupation : Journaliste et communiquante.
Habitat : Ys.
Pouvoir : Polymorphie
Joué par : Lyxiae
Avatar : Yennefer de Vengerberg
http://moonlights.forumotion.com/t107-aller-et-retour http://moonlights.forumotion.com/t38-lorelai-helena-nilsson-im-not-heartless-ive-just-learned-how-to-use-my-heart-less http://moonlights.forumotion.com/t69-lorelai-h-nilsson-moonlight-shadow
Administratrice Lunaire
Administratrice Lunaire
Sujet: Re: Ose, ou tu espèreras jusqu'à la fin. ft. Willow.


...
Ose, ou tu espèreras jusqu'à la fin.
Willow & Lorelai
L'atmosphère était de plus en plus agréable, accueillante même. Et plus le temps passait plus Lorelai était convaincue que le conservateur avait eu tort, et qu’elle avait pris la bonne décision en venant. Elle voyait dans son interlocutrice ce qu’elle avait imaginé en observant ses toiles. On est parfois surpris de voir des toiles pleine de tourment pour un peintre épanoui, la, elle pouvait voir l'élégance de ce qui l’avait touchée dans l’art egalement dans la personne. Ainsi, lorsqu’elle évoque sa solitude, la journaliste en fut toute surprise. Mais des fois, être une personne fréquentable ne fait pas de vous quelqu’un de fréquenté. Au contraire, la valeur d’une personne ou de son oeuvre ne détermine malheureusement pas le réel et c’est pour cette raison que beaucoup d’artistes sont découverts après leur mort. La lunarienne était la pour éviter que ce soit le cas de Willow.

Lorelai prépara son thé en souriant. Elle avait vraiment hâte d’en savoir plus sur l’artiste et, peut-être, percer le secret de cette sensibilité qu’elle transmettait dans ses toiles. Avant de se lancer, la journaliste jeta un dernier coup d’oeil aux alentours, au cas ou une information lui sautait aux yeux, quelque chose pour rendre les questions plus pertinentes, mais rien ne sortait vraiment du commun de ce qu’elle aurait pu imaginer. Tant pis.

“ Tout d’abord j’aimerais en savoir plus sur votre rapport à l’art. Quand avez vous ressenti ce besoin de vous exprimer à travers cela ? Vous concentrez vous exclusivement sur la peinture ou vous variez les médiums ? ”

La lunarienne se demanda un instant si elle ne posait pas trop de questions d’un coup. Ca avait un côté interrogatoire un peu strict qui faisait un peu faux vis à vis de sa volonté d’en faire une discussion. Néanmoins, elle devait aussi admettre qu’un début de discussion dans ce contexte n’est jamais facile, et elle espérait que le naturel viendrait petit a petit. Au moins, elle avait en face d’elle une personne très agréable et accueillante, qui n’avait pas l’air de vouloir la piéger avec des métaphores ou des fausses réponses. La journaliste avait maintenant hâte de découvrir ce qui se cachait derrière les toiles. Elle prit une gorgée de thé, souriante, attentive. Voilà qui éclaircira un peu son séjour solitaire a Lunaria et lui changerait les idées, loin du tumulte terrien.
by Lyxiae


Lorelai tape la discute en #08C2CB
Revenir en haut Aller en bas
messages
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Ose, ou tu espèreras jusqu'à la fin. ft. Willow.
Revenir en haut Aller en bas
Ose, ou tu espèreras jusqu'à la fin. ft. Willow.Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Tout est innocent, jusqu'à ce que l'on décide du contraire {Alexandre}
» Jusqu'au bout de la nuit [Pv : Carpe Diem]
» Jusqu'aux dernières lueurs de la nuit [ pv Lalwende ]
» Jusqu'où ira t-on dans cette société ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moonlights ::  Lune ::   Lunaria-
Sauter vers: