MOONLIGHTS
RPG Science-Fiction / Fantastique. Avatars illustrés. Tous âges et niveaux. Pas de minimum de mots.
2107. Terriens et Lunariens vivent dans la paix, sous le signe du partage et de l’évolution. Grâce à la lumière lunaire et aux sélénites, les humains commencent à développer les mêmes pouvoirs que leurs cousins. Pour la première fois cette année, après un siècle et demi d’histoire complexe entre la Terre et la Lune, le tirage au sort a désigné un Lunarien pour prendre la tête du Conseil de la Fédération Terrienne. La nouvelle est clivante : si certains y voient une belle progression à l’avenir, d’autres redoutent les contestations ou même des luttes de pouvoirs en ces temps troublés. Sous Terre aussi, chez les Endogées, les opposés s’affrontent, entre régression et idéalisme. Alors que chacun essaie d'avoir sa part du gâteau, votre aventure commence ici : qui serez vous ?

Partagez | 
Rencontre au Festival de Lunaria
Mer 17 Mai - 18:54
avatar
messages
Invité
Invité
Sujet: Rencontre au Festival de Lunaria

RENCONTRE AU FESTIVAL DE LUNARIA

feat.Lucia & Jason


La cigarette à la bouche, col de chemise déboutonné, cravate desserrée, Rock parcourait les couloirs du QG avec sa nonchalance habituelle. Le capitaine l’avait encore convoqué, et cette fois, il savait que ça concernait sa possible suspension suite à ce qui s’était produit quelques jours plus tôt. Résigné, il frappa à la porte et entra aussitôt sans y avoir été invité.
- Ah, Rock ! Te voilà enfin.
- Vous vouliez me voir, capitaine ? Lança-t-il en s’asseyant sans réellement poser la question, puisqu’il en connaissait déjà la réponse.
- Oui. Comme tu le sais, tu ne me laisses pas le choix après le dernier incident. Malgré mes avertissements, tu n’as pas changé de comportement et tu as failli te faire tuer en risquant la vie d’autres officiers non loin de toi. Je me dois donc de t’appliquer une sanction !
- Vous m’avez déjà collé un coéquipier en la personne de Dahlia, je trouve que c’est payé suffisamment cher… rétorqua aussitôt l’inspecteur en expirant sa fumée.
- Pas moi… trancha Murphy d’une voix étonnamment autoritaire.

Il observa quelques instants l’agent qui lui posait sans la moindre hésitation le plus de problèmes, et qu’il appréciait pourtant pour certaines de ses qualités, soupira, et reprit :
- Je dois te coller un blâme, Jason. Je n’ai pas le choix, cette fois. Je ne peux pas te couvrir pour ce qui s’est passé. Evidemment, cela s’accompagnera d’une mise à pied de quelques temps. Je veux que tu prennes le temps de réfléchir à tout ça et que tu te changes un peu les idées.
- Vous me suspendez, capitaine ? Demanda brusquement le nippon en fixant son supérieur les yeux dans les yeux.
- Pas exactement… J’ai mieux pour toi… répondit ce dernier avec un léger sourire sadique ne présageant rien de bon.
- C’est-à-dire ?
- Comme tu le sais, le festival Lunarien démarre dans quelques jours sur Lunaria.
- Oui… Et alors ? Quel rapport avec ma mise à pied ?

Murphy se recula au fond de son fauteuil et posa ses coudes de chaque côté de son fauteuil avant de joindre ses mains en observant l’inspecteur :
- Alors… Tu vas te rendre au festival.
- Pardon ?! Rétorqua aussitôt le brun en haussant les sourcils.
- Tu m’as bien compris ! Tu vas prendre part à un échange culturel ayant lieu entre les polices de Lunaria et Ys afin de renforcer les relations entre nos peuples. Tu feras partie des volontaires qui se rendront sur place. Je suis persuadé que ça te fera le plus grand bien d’aller prendre un peu l’air ailleurs.
- Vous rêvez, capitaine ! C’est une plaisanterie ! Il n’est pas question que je perde mon temps pour des conneries d’échanges politiques dont je n’ai strictement rien à f…
- Rock ! C’est un ordre ! Tu n’as pas le choix ! Soit tu acceptes, soit tu me remets ta plaque ici et maintenant. C’est clair ?!

Le brun fixa Murphy avec un air agacé pendant plusieurs secondes, ne sachant que faire. Il ne voulait pas perdre son boulot, mais il n’avait aucun intérêt à perdre son temps sur la Lune.
- Le festival dure un mois, vous savez…
- Alors dans ce cas, nous te reverrons d’ici un mois ! En attendant, Dahlia se chargera seule des dossiers en cours pendant ton absence.
- Capitaine, je ne crois pas que…
- VOUS pouvez disposer, AGENT ROKURO ! Trancha le capitaine en insistant bien sur sa manière volontairement distante de nommer le nippon. Je VOUS revoie dans un mois !
- Très bien… A VOS ORDRES… Répliqua ce dernier d’une voix raide en se levant et en quittant le bureau avant de claquer la porte derrière lui.



Dernière édition par Jason Rokuro le Ven 19 Mai - 19:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Mai - 11:14
avatar
14
messages
Date d'inscription : 08/05/2017
Zone Image :
Messages : 14
Genre : Féminin
http://moonlights.forumotion.com/ http://moonlights.forumotion.com/ http://moonlights.forumotion.com/
Sujet: Re: Rencontre au Festival de Lunaria
"Hé, Lucia, tu dois être ravie non? Ta culture va être mise en avant. Et tout le monde a l'air heureux, c'est pas génial? "

Lucia fit un effort considérable pour ne pas envoyer son poing valser entre ses deux yeux. Elle savait très bien qu'ils se moquaient d'elle, et ils ne se cachaient même plus. Elle ne prit même pas la peine de sourire par politesse, ils ne méritaient pas un quart de l'attention qu'ils réclamaient. Elle inspira profondément, la lueur de son collier vascilla. On était peut être passé à un cheveu d'une catastrophe mais il ne se passa rien de particulier. Heureusement à vrai dire. Heureusement pour eux, heureusement pour elle.

"Hmpf"

Oui, sa réponse devait ressembler exactement à ce soupir presque animal, franchement méprisant. Elle tourna la tête vers l'autre côté, ramena le pan de son étole sur ses épaules et se dirigea vers le centre de la ville. Le plus loin de ces deux andouilles, mais plus près d'autres andouilles. Elle ne comprenait pas ses contemporains, ce n'était un secret pour personne. Et les voir pendant un mois porter des masques lunaires, mimer les rituels les plus sacrés et oublier tout ça une fois que tout était terminé la révoltait. Ils salissaient les rites sacrés au nom de la mixité, ils célébraient leurs différences avec les colons. Ils vendaient leur âme et noyaient ce qui restait dans l'alcool. Et on se moquait d'elle. Où allait le monde. Où. Pas très loin si vous vouliez son avis.

Elle avait pourtant été hébergée chez une famille du centre, comme les étrangers, le temps du festival. Cette idée lui donnait envie de vomir. Ou de frapper quelqu'un qui se montrerait un peu trop irrespectueux. Elle voulait quand même les voir, de plus près. C'était calculé, elle voulait apprendre à connaître son ennemi, l'amadouer pour frapper de plus près, presque de l'intérieur de la fourmilière. Elle voulait savoir ce qu'ils avaient dans le ventre, et pas que littéralement. Alors elle avait accepté l'offre d'une gentille famille pleine de bonne volonté, et elle n'avait pas pu s'empêcher de remarquer qu'ils avaient l'air plutôt honorés. Personne n'ignorait qui elle était, ou du moins qui elle pouvait être mais elle faisait en sorte de ne pas s'en rendre compte. Elle les rejoignit à la fin de la journée, convaincue qu'elle avait raison de ne pas vouloir fréquenter ses semblables.

"Ah ! Lucia, tu as passé une bonne journée?"
Elle ne pouvait pas se montrer malpolie à leur égard, ils la logaient grâcieusement."
"Il faisait beau, c'était agréable."
Elle ne supportait pas le mensonge, alors parfois pour ne froisser personne elle répondait à côté.
"Ca vous dérange si je me repose un peu?."
"Non, fais comme chez toi !"

C'était trop grand pour eux. Ils étaient deux, leurs enfants étaient partis on ne sait où et ils se servaient alors de leurs chambres pour accueillir le plus de monde possible lors du festival. Les murs étaient teintés de bleu pâle, de nombreuses tentures servaient de décoration et il n'y avait que peu de meubles. Les rangements étaient intégrés dans la structure des murs et le tout donnait une impression très chaleureuse. On se sentait chez soi très rapidement. Elle s'allongea dans un large lit recouvert lui aussi de cinq ou six draps de couleurs différentes et s'assoupit. Le festival l'épuiserait, elle aurait besoin de forces.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Mai - 13:31
avatar
messages
Invité
Invité
Sujet: Re: Rencontre au Festival de Lunaria

RENCONTRE AU FESTIVAL DE LUNARIA

feat.Lucia & Jason

Spatioport lunarien, 13:57.

En descendant du vol commercial faisant le lien entre la Terre et la Lune, Rock fut comme hypnotisé par la vue qui s’offrait à lui. Après quelques dizaines de mètres parcourus dans le long couloir de verre qui offrait une vue panoramique de Lunaria, il s’immobilisa et s’approcha d’une vitre pour l’observer pendant quelques secondes. Lentement, il s’alluma une cigarette, et avec un léger sourire, il secoua très légèrement la tête de gauche à droite. Il ne l’avouerait jamais à personne, et surtout pas à son supérieur, mais en fin de compte, ce voyage ne serait peut-être pas si cauchemardesque que ça. Agréablement surpris par ce qu’il découvrait au fur et à mesure qu’il avançait, le terrien reprit sa marche vers le hub du spatioport en détaillant autant qu’il le pouvait tout ce qu’il voyait.

Le nippon n’avait jamais quitté la Terre. Et tout ce qu’il avait entendu sur la Lune et ses habitants, c’était ce qu’on en disait. Méfiant à l’égard des rumeurs et réputations bien arrêtées, il avait décidé de ne pas juger les lunariens sans n’avoir jamais rien vu de leur monde d’origine.
Jason était un peu paranoïaque. Suivre l’avis général sans chercher à creuser les choses était pour lui une grave erreur, et il n’était pas du genre à suivre le troupeau en oubliant de réfléchir. Toujours en retrait par rapport aux mouvements de foule et aux phénomènes de masse, il avait décidé de faire contre mauvaise fortune bon cœur et d’étudier un peu le peuple à l’origine de son travail. Il lui était souvent arrivé de traquer des lunariens, mais en fin de compte, il n’avait rencontré que des criminels. Et cette fois, occasion lui était donnée de parler avec des hommes et des femmes ayant vécu toute leur vie sur ce monde étrange et exotique à ses yeux.

Tenant la bandoulière de son sac de sa main droite après l’avoir jeté par-dessus son épaule, le brun arriva finalement aux portes du spatioport et franchit la porte d’entrée pour se retrouver sur l’aire de transit où les voitures des particuliers et autres taxis venaient chercher les voyageurs. C’est là qu’il avait rendez-vous avec sa famille d’accueil.
Il leva les yeux vers la voûte céleste une fois dehors et un peu à l’écart de la foule, et jeta un œil à sa montre. Une fois encore, un léger sourire amusé se dessina sur ses lèvres. Comme on le disait, peu importe l’heure, il ne faisait jamais jour ici.

Il nota au passage grâce à son œil vif que le nombre d’agents de sécurité était élevé. Mais ça n’avait rien d’étonnant : avec les tensions politiques existant entre les deux mondes, le festival constituait une occasion idéale de causer des dégâts. Un homme s’approcha d’ailleurs de Rock en remarquant qu’il portait une arme sur lui à l’intérieur de sa veste. Rapidement, le nippon lui montra sa plaque, et l’homme acquiesça de la tête après lui avoir conseillé de laisser l’arme dans son sac pendant son séjour. Ce serait certainement mal vu par les gens et les tensions étaient déjà suffisantes. Là-dessus, le policier s’éloigna pour continuer sa ronde.

Pensif, il expira une nouvelle fois sa fumée avant d’éteindre son mégot et de le jeter. C’est alors qu’un homme assez mince et jovial s’approcha de lui avec un air ravi. Cheveux platine, et assez longs, coiffés en catogan, il s’avança vers le terrien. Le nippon lui aurait donné à peine 35 ans, voire 40, mais il savait que l’apparence ne signifiait pas grand-chose ici. Si la longévité avait doublé sur Terre, sur Lunaria, les gens pouvaient être d’un âge très avancé et ne pas faire plus vieux que lui. Etrange pensée, mais le brun s’y ferait rapidement.
- Vous êtes Jason ? Jason Rokuro ? Demanda l’autochtone en lui serrant la main. Je suis Erol !
- Bonjour, Erol ! C’est bien moi. Appelez-moi Jason, ou Rock, comme vous voulez ! Répondit le terrien avec un sourire poli.
- Entendu ! Je suis venu vous chercher seul, ma femme est restée à la maison avec notre deuxième invitée. Vous avez fait bon voyage ?
- Oh, oui, merci ! Répondit Jason en dissimulant son étonnement.

Il ne savait pas qu’il ne serait pas le seul invité, mais en y réfléchissant, cela paraissait logique. Si le nombre de « touristes » était élevé, ceux qui pouvaient se permettre d’en loger plusieurs devaient forcément le faire.
- Ma voiture est par là ! Allons-y, annonça le lunarien avec bonne humeur.
Une fois installé dans le véhicule aux côtés d’Erol, Jason en profita pour ouvrir son sac, et il retira sa sangle en cuir et son fourreau contenant son Reaper, son arme de service, et il le fourra au fond sous l’œil curieux du conducteur.
- Je suis un agent de l’USS, expliqua Rock avec un sourire bienveillant. J’ai une fâcheuse tendance à ne jamais me séparer de mon arme, mais… La police vient de me suggérer d’éviter de me promener armé pendant le festival, alors…
- L’USS ? Oh, je vois ! J’en ai entendu parler. De toute façon, vous n’aurez pas besoin de ça, ici ! Vous allez vous plaire chez nous, vous verrez.
- Je n’en doute pas, répondit poliment le brun, les yeux tournés vers sa vitre extérieure pour observer le paysage qui défilait.

Rock était un homme d’action. Il l’avait toujours été. Son supérieur le savait, et il savait aussi que l’envoyer jouer les touristes quelque part pendant un mois sans espoir d’action était une vraie punition en soi. Il n’était donc pas si sûr que ça qu’il se plaise ici. Mais une chose était sûre : Lunaria lui plaisait beaucoup, pour le moment.
Une vingtaine de minutes plus tard, le véhicule d’Erol s’arrêta devant une maison assez grande à l’architecture lunaire : leur toit était un dôme blanc, et la bâtisse avait beaucoup de formes circulaires. Elle était assez grande, ce qui expliquait qu’ils logent plusieurs invités.
- Bienvenue à la maison ! Lança Erol joyeusement en invitant le brun à entrer avant de le suivre. Chérie, Jason est arrivé !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Mai - 9:03
avatar
14
messages
Date d'inscription : 08/05/2017
Zone Image :
Messages : 14
Genre : Féminin
http://moonlights.forumotion.com/ http://moonlights.forumotion.com/ http://moonlights.forumotion.com/
Sujet: Re: Rencontre au Festival de Lunaria
Lucia n'était pas à l'aise. Elle était capable de faire des choses extraordinaires avec l'énergie lunaire, elle connaissait toutes les traditions sur le bout des doigts mais rester plusieurs jours, voire semaines chez des inconnus bienveillants, c'était trop difficile pour elle. Oui, vous pouvez vous moquer, allez y. Mais pas trop fort, qu'elle ne vous entende pas sinon je ne donne pas bien cher de votre bout de nez. Elle avait une chambre confortable, le peu d'affaires qu'elle avait apporté dans un coin de cette dernière. Enfin, coin. Il n'y a pas beaucoup de coins dans ces habitations lunariennes. Tout est rond ou en croissant, ils n'aiment pas trop ce qui est pointu. Culturel ou sage, la question reste entière.

Elle avait profité de ce pied à terre pour visiter la ville plus en profondeur. fuyant les plus grande rues, s'engouffrant dans toutes les petites en espérant y disparaitre plus ou moins.Qu'on l'oublie. Bon, ça n'était pas très efficace, il y avait toujours quelqu'un dans un coin qui la poussait assez à bout pour avoir à trouver rapidement un medecin. Elle aurait pu faire beaucoup de choses avec cette lumière qui brillait dans son médaillon mais elle préférait se servir de ses dix doigts repliés les uns sur les autres et dirigés avec force et courage vers l'origine de la rage. Et elle partait rapidement, elle n'avait pas non plus l'intention de faire un discours.

Passablement énervée et désagréablement troublée par l'éloignement de sa périphérie chérie, elle était bien moins tolérante. A quoi que ce soit. Elle avait essayé de noyer tout ça dans une boisson non alcoolisée, mais l'arrivée régulière des humains et leur prolifération de plus et plus grande dans les rues, elle avait beau boire quoi que ce soit, elle était toujours aussi remontée. Si on lui avait demandé, elle aurait renvoyé tout le monde à coups de pieds là où je pense et puis la fête aurait été aussi bien entre nous. Ce nous dans lequel elle ne se comptait qu'à moitié. Même les anciens, ses maîtres la trouvaient un peu extrême. C'est peut être ce qu'elle vivait le plus mal dans l'histoire.

Mais elle n'allait pas se laisser arrêter par une émotion un peu contradictoire, elle avait l'habitude et avait surtout assez de cran pour ne plus se laisser marcher sur les pieds. Elle n'était pas du genre à se lamenter, mais plutôt à se battre, et elle ne laissait plus tomber, rien. Jamais. C'est d'ailleurs pour ça qu'elle était là, on l'avait forcée à assister au festival pour en prendre de la graine en ouverture d'esprit. Oui.  

"Lucia, nous avons besoin de ta présence là bas."
-Vous n'y assistez pas?
"Si, mais c'est toi qui as la plus grande leçon à y apprendre."
-Grmfpf

Erol et sa femme étaient gentils, c'était déjà pas mal. Elle n'était pas du genre à se plaindre, il y avait de quoi être reconnaissante. Mais quand sa femme lui annonça qu'elle allait devoir cohabiter avec un humain, elle dut lutter énormément pour ne pas s'emporter. Cette colère n'aurait pas été juste et était donc inutile.

Quand Erol demanda à sa femme de le rejoindre, Lucia se dissimula comme elle put dans le coin du mur, "coin". Elle voulait l'observer. Mauvais point pour lui, il ressemblait à un militaire. Elle voulut se cacher, mais après avoir salué le nouvel arrivant chaleureusement, sa femme, Thea, prononça son prénom.


"Lucia, notre second invité est arrivé, viens le saluer."

-Grmfpf

Présenté comme ça, on aurait presque pu croire qu'elle était leur fille, mais de visu on pouvait se dire que ce n'était pas le cas. Ils ne se ressemblaient pas, elle était un peu plus grande et un peu plus hâlée. Recouverte des habits traditionnels, le collier brillant autour du cou et une grimace à peine dissimulée sur la figure, elle daigna de montrer. Théa poussa un peu Lucia en direction de l'invité. Erol était ravi de voir sous son toit cette cordiale entente entre les peuples. Fier comme un paon.


"Je te présente Jason, de la Terre !"

Pour ne pas froisser ses hôtes, Lucia ravala peniblement sa rancoeur. Elle ne tiendrait pas longtemps, et si elle devait lui serrer la main elle irait directement les laver.

-Enchantée

Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Mai - 7:51
avatar
messages
Invité
Invité
Sujet: Re: Rencontre au Festival de Lunaria

RENCONTRE AU FESTIVAL DE LUNARIA

feat.Lucia & Jason



Tranquillement et avec un petit sourire poli, Rock pénétra dans la maison du couple lunarien et fut chaleureusement par la maîtresse de maison nommée Théa. Elle lui fit même la bise en forçant le brun à se pencher un peu, car trop petite pour atteindre ses joues du haut de son mètre 62.
- Ca me fait plaisir d’accueillir un jeune terrien chez nous ! Bienvenue sur la Lune, jeune homme !
Elle prononça alors le nom de la seconde invitée, et Jason tourna les yeux vers l’endroit d’où émergea la lunaire aux cheveux immaculés. Elle semblait très timide, et le simple fait de se montrer parut lui demander beaucoup d’efforts.

Le nippon aurait pu trouver cela mignon s’il n’avait pas ressenti violemment son aura hostile. Elle dissimulait à peine son aversion pour le terrien, et ce fut Théa qui alla la chercher pour qu’elle s’approche. Telle un fauve dos au mur prêt à frapper pour défendre sa vie, elle ne daigna lui dire qu’un mot déclaré du bout des lèvres. Rock avait levé la main afin de lui serrer, mais en voyant son comportement, il abaissa sa main instinctivement. Un simple regard au couple suffit pour constater qu’eux n’avaient rien remarqué. Et il estima qu'il n'était pas nécessaire de souligner la chose auprès d'eux. La présence de leurs invités semblait les enchanter. Pas la peine de leur annoncer que cela risquait de mal se passer entre eux.

Mais lui était un enquêteur, et un profiler. Il avait l’habitude de déceler ce genre de choses. Et il était évident qu’il n’était pas le bienvenu aux yeux de la jeune ( ? ) lunarienne. Il se contenta donc de la fixer, lui sourit faiblement, hocha la tête en signe de salut, et répondit simplement :
- Enchanté, Lucia.
- Je suis sûre que vous allez bien vous entendre, tous les deux ! Lança alors Théa, visiblement ravie que les choses se soient aussi bien passées.

Rock ne put toutefois pas s’empêcher de hausser les sourcils en fixant Lucia. Il faillit éclater de rire en croisant son regard, tellement la maîtresse de maison était loin du compte.
- Oui, j’en suis sûr… répondit-il sans pour autant quitter la femme au pendentif des yeux.
Ce pendentif, il l’observa quelques instants, fasciné par la beauté d’un tel bijou. Toutefois, conscient que le moindre de ses gestes pourrait être interprété comme une agression de la part de la lunaire, il ne s'y attarda pas longtemps, désireux d'éviter un incident diplomatique dès le premier jour. Il hocha donc simplement à nouveau la tête et la contourna pour s’avancer dans la maison. Celle-ci était composée de formes rondes et circulaires. De toute évidence, l’architecture sur la lune avait banni les coins. C’était étrange pour le nippon, mais cela changeait agréablement de la terre. Puisqu’il était là pour se changer les idées, autant être dépaysé !

Erol s’avança alors vers le brun et posa une main affectueuse sur son épaule, en ajoutant :
- Allez, viens, Rock ! Je vais te faire voir ta chambre !
Le lunarien avait rapidement adopté et tutoyé Jason, qui ne s’en formalisait pas. Il n’aimait pas qu’on fasse des manières ou qu’on le vouvoie. Toutefois, les rumeurs qu’il avait entendues sur les liens entre terriens et lunaires lui avaient fait craindre un accueil bien pire. Un accueil ressemblant nettement plus à celui que lui avait réservé la dénommée Lucia.

L’homme de la maison mena son invité jusqu’au bout du couloir et le fit entrer dans une chambre ou tout était circulaire, jusqu’au lit. Une chambre somme toute très agréable, avec une grande vitre offrant une vue sympathique sur la ville en contrebas. La maison était bâti sur une falaise la surplombant.
- Et voilà ton antre pour les prochaines semaines ! Annonça Erol d’un ton joyeux tandis que Jason s’avançait jusqu’à la fenêtre arrondie pour observer au dehors. En face de ta chambre se trouve celle de Lucia. Mais tâche de ne pas la harceler, surtout, hein ! Lança t’il d’un ton taquin comme s’il voulait jouer les entremetteurs.
- Je ne tiens pas à mourir… lâcha Jason dans un murmure pensif sans le faire exprès, en fixant le dehors.
- Pardon ? Demanda le lunarien qui n’avait pas entendu.
- Je disais, pas de problèmes ! Merci, Erol ! Rétorqua-t-il immédiatement avec un grand sourire forcé en se tournant vers son hôte pour dissimuler sa bourde.
- Je te laisse te mettre à l’aise. Rejoins-nous dans le salon quand tu te seras installé !  Répondit celui-ci en hochant la tête avant de quitter la pièce.

Dubitatif sur l’ambiance qui risquait de régner entre les deux invités pour les jours et semaines à venir, Rock lança son sac sur le lit et alla s’y laisser tomber en fixant le plafond après avoir ôté sa veste et l’avoir lancée sur une chaise au dossier arrondi non loin de là. Après un long soupir, il se redressa en position assise, et retira sa cravate pour ne garder que sa chemise dont il rattacha un bouton. Puis, il se leva, et prit la direction du salon. Il était temps de faire connaissance avec « le fauve ».


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 2 Juin - 17:01
avatar
14
messages
Date d'inscription : 08/05/2017
Zone Image :
Messages : 14
Genre : Féminin
http://moonlights.forumotion.com/ http://moonlights.forumotion.com/ http://moonlights.forumotion.com/
Sujet: Re: Rencontre au Festival de Lunaria
Tout cela ne valait rien de bien. Voila. Oui, oui les mauvais esprits diraient qu'elle avait la mesquinerie facile et que de toute façon tout ce qui venait d'ailleurs était un mauvais présage. Et ils avaient raison, en plus. Lucia n'aimait pas ce qui venait d'ailleurs, mais elle ne savait pas si c'était une intuition, du racisme primaire ou autre chose. Peut être les trois, qui sait? Mais ça n'avait pas d'importance, elle était chez elle et elle avait horreur qu'on vienne la déranger jusqu'à chez elle. Enfin, chez elle. Chez eux qui se trouvaient chez elle au sens large. Enfin..Enfin vous avez compris.

Elle l'avait jaugé de loin et n'avait pas du tout envie de mettre son premier jugement à l'épreuve de la proximité. S'il pouvait rentrer tout de suite chez lui ça serait parfait. Oh la la je me suis trompé. Ou, oh non j'ai oublié un truc de terrien sur le feu. Quelque chose dans le genre. Elle aurait pu prier pour que ça arrive ou essayer de se servir de l'énergie lunaire, mais ça ne se fait pas ce genre de chose, on ne doit pas utiliser le pouvoir de la lune pour faire n'importe quoi. Et c'était franchement dommage, si elle avait été moins traditionnaliste il aurait déjà été renvoyé chez lui a grands coups de pierre lunaire dans le derrière. OU de coups de pieds, la distance est longue, ça aurait été amusant.

Si elle avait pu, elle aurait secoué Théa en passant, lui rappelant que c'était un ennemi, et que la fête lunaire n'était pas non plus une raison suffisante pour leur offrir le gite et le couvert. A la limite on les aurait tous placés sous une bulle ou quelque chose du genre pourquoi pas, mais de là à leur faire de grands sourires, tout de même. Théa souriait autant qu'elle le pouvait, Erol était fier de son accueil de grand prince, et Lucia contenait son aversion pour l'hypocrisie a deux mains et grands renforts de petits tressautements. Il avait tendu la main. Mais c'était trop lui demander. Ah ça ! Faire des petits sourires, avoir l'air presque agréable, passe encore, elle était bien élevée et très respectueuse. Mais serrer la main de cet..De ce..HORS DE QUESTION. Mais si elle avait voulu être une menteuse, elle aurait pu réussir haut la main, aucun des hôtes ne pouvait prendre ombrage de quoi que ce soit, elle avait l'air courtoise. Juste ce qu'il faut. Et compensait grandement l'hostilité envers le Terrien en étant encore plus agréable avec ses hôtes.

Théa avait l'air ravie, Lucia manqua de s'étrangler. Elle faillit presque trouver Rock sympathique envoyant qu'il avait l'air aussi désagréablement surpris qu'elle pouvait bien l'être. Presque, faut pas pousser. Si tout le monde manquait de bon sens ce n'était pas une raison pour se tromper d'ennemis, que diable. Bon, il fallait répondre aussi, il avait répondu en premier, elle n'allait pas se laisser faire.

"Certainement!"

Il va sans dire que ces mensonges la lui écorchaient la langue. La vue du terrien lui écorchait les yeux. C'était une écorchée vive. Lunaire, sur ses gardes, écorchée vive. Et ça n'ajoutait pas du tout au côté confortable de la situation. Soit l'une était aveugle, soit l'autre aurait pu se lancer dans une carrière de comédienne. Elle plissa les yeux alors que le couple était parti, l'un préparer de quoi célébrer leur arrivée avec des petites spécialités d'ici, et l'autre montrer sa chambre a l'invité. Le Terrien les suivit un peu, Lucia suivit le terrien pour s'assurer qu'il ne les poignarde pas dans le dos. C'était leur truc ça aux terriens, non? Poignarder les gens gentils quand ils ont le dos tourné. Elle rejoignit son épouse.

-Il est charmant ce jeune homme.
"Tu trouves?"
-Ah oui oui! Bien élevé ! Mais entre nous, je ne m'attendais pas à un sauvage.
"Ah tiens? Pourtant ils n'ont pas une bonne réputation."
-Alors celui la doit faire partie des meilleurs !
"Tiens donc..."
-Comment?
"Je disais, ah oui, il est charmant.."
-Haha, toi tu as un petit faible pour un certain invité je crois...

Une nouvelle fois elle manqua de peu de mourir.
"J..Pas du tout je..!"
-Pas la peine de mentir, je connais le coeur des jeunes filles
"M.."
-Chut, aide moi plutôt a porter ce plateau s'il te plait.

C'était un comble. Si en plus elle s'était mis dans la tête qu'elle était un tant soit peu sous le charme, elle allait certainement essayer de les rapprocher pour faire un bon geste. Catastrophe.

-Il n'est pas là?
-Il est dans sa chambre, il doit s'installer
-A la bonne heure !
-Il est charmant, hein Lucia?
".."
-Elle l'aime bien, elle me l'a dit tout à l'heure !

Elle n'eut même pas le temps de répondre, il était de retour. Lucia le fusilla du regard sans le vouloir, elle l'observait avec beaucoup d'attention, cherchant une éventuelle arme cachée quelque part.

-Ah voila le héros de la soirée !
-Tu aimes ta chambre?

La maitresse de maison désigna le plateau rempli de petits apéritifs ronds multicolores, il y en avait beaucoup de bleus mais on y voyait aussi des verts, des gris et il y avait un doré pour chaque personne.

-J'ai beaucoup cuisiné, j'espère que tu aimeras !
Erol lui avait sorti une bouteille pleine d'un liquide aussi bleu que le pendentif autour du coup de Lucia.
-Et vous allez nous gouter ça tous les deux. Lucia tu dois connaître mais c'est ma meilleure bouteille.

Lucia sourit. Jusqu'à ce que Rock ouvre la bouche.

Revenir en haut Aller en bas
Sam 3 Juin - 9:13
avatar
messages
Invité
Invité
Sujet: Re: Rencontre au Festival de Lunaria

RENCONTRE AU FESTIVAL DE LUNARIA

feat.Lucia & Jason



Lorsque le Nippon rejoignit à nouveau le salon, il fut accueilli aussitôt par le regard revolver de la lunaire aux cheveux immaculés. Cela ne lui échappa absolument pas, mais il décida cependant de ne pas lui rendre la politesse et s’approcha de la grande table basse circulaire (bah, oui… quoi d’autre ? ) où le couple amenait de quoi prendre un fameux apéritif. Autour de la table, deux grands canapés eux aussi circulaires entouraient la table, et Erol invita le policier à s’assoir. Ce dernier fut amusé de constater qu’une fois encore, les coins étaient bannis. Toutefois, le surnom de « héros » que lui donna le maître de maison lui fit plisser légèrement les yeux. Il n’aimait pas être le centre de l’attention, et aujourd’hui, de toute évidence, il devrait prendre son mal en patience.
- Oui, merci. Elle est parfaite, répondit-il d’une voix polie.

Si ses collègues voyaient cette scène, ils s’étrangleraient, eux aussi, exactement comme Lucia. Le flic le plus incontrôlable et je-m’en-foutiste du QG d’Ys se muait ici en parfait invité. Encouragé par Thé à s’assoir, tenta de se dirigers vers le canapé de gauche pour éviter d’avoir à s’assoir à proximité de la lunaire hostile. Mais c’était sans compter sur l’intervention de leur nouvelle mère poule officielle qui saisit l’épaule du brun avec douceur, mais de façon suffisamment ferme pour le diriger vers le second canapé.
- Non, non… Toi, tu vas là-bas ! Ajouta-t-elle d’un air ravi en le faisant assoir non loin de la jeune femme.

Il leva un regard dubitatif dans sa direction pour essayer de comprendre ce qui se passait : leurs hôtes essayaient t’ils de jouer les entremetteurs ou quoi ?! Mais leur calvaire ne faisait que commencer… Erol servit à boire, et en tendant son verre rempli à Rock, il commença avec une question qui n’était pas du tout choisie au hasard :
- Alors… dis-nous, Jason, tu n’es toujours pas marié à ce que j’ai vu ?
L’agent saisit son verre et leva les yeux vers son interlocuteur avant de répondre d’une voix soudain teintée d’un voile obscur :
- Non. Je ne le suis pas…

Durant un court instant, la politesse dans sa voix avait disparu. Ce sujet était un terrain miné. Mais ils ne pouvaient pas le deviner. C’est pourquoi, il rattrapa sa bourde avec un sourire forcé mais poli.
- Pourquoi ça ? Renchérit Théa en tendant l’assiette d’apéritifs à ses invités.
- Euh… Eh bien, je… hésita le nippon, mal à l’aise avec un tel sujet. Je travaille beaucoup, finit-il par dire en prenant un de ces « biscuits » bleus et en le mordant du bout des lèvres, méfiant envers cette nourriture qu’il n’avait jamais goûtée. Le manque de temps… Je ne sors que très rarement, en fin de compte.
- Oh ! Un homme de carrière, alors ? Et dans quoi travailles-tu ? Poursuivit la lunarienne, toujours d’aussi bonne humeur.
- Je travaille pour l’USS, l’Unité Spéciale Sapience, répondit Rock en reprenant la parole avant Erol afin qu’il ne s’amuse pas à l’appeler à nouveau « héros ». C’est une unité fédérale de police qui traque les individus qui utilisent mal leurs dons et capacités liés à la lumière de la Lune, expliqua t’il rapidement.

Sans même tourner les yeux vers Lucia, il sentit que son niveau d’hostilité avait de bonnes chances d’avoir grimpé en flèche. Il n’était pas difficile de deviner que, si elle ne l’aimait simplement parce qu’il était un terrien, il ne gagnerait pas des points en étant un agent fédéral. Tôt ou tard, il la confronterait. Mais ce n’était ni le lieu, ni le moment pour ça.
- Ca doit être dangereux, non ? Lança Théa, visiblement fascinée.
Jason fixa la lunaire, et une série de flashbacks remontant à l’incident ayant conduit à sa mise à pied et à sa présence sur la Lune défila dans sa tête.
- Oui, un peu, parfois, se contenta-t-il de dire d’un ton dédramatisant avant de boire un coup.
- Et je suppose que ça te plait ? Sinon, tu ne passerais pas ta vie dans ce travail, ajouta Erol en buvant un coup à son tour.

A nouveau, le brun hésita : il ne pouvait pas leur expliquer qu’il s’était plongé dans le travail pour éviter de sauter du haut d’un immeuble à cause d’une grave dépression remontant à la perte de sa fiancée. Il n’avait pas non plus envie de leur dire qu’il était tellement pénible et réputé suicidaire que personne ne voulait travailler avec lui, ou bien encore qu’il passait une bonne partie de son temps de travail dans le bureau de son capitaine à se faire disputer pour une de ses actions sur le terrain. Encore moins révéler qu’il était accro aux antidépresseurs et qu’il ne pouvait plus s’en passer pour dormir.
Aussi, il se contenta de sourire légèrement. Toutefois, une lueur étrange et triste flotta au fond de son regard durant un instant lorsqu’il répondit d’une voix plutôt faible :
- Disons que… je pense être né pour faire ça.

L’ambiance aurait pu s’alourdir, mais c’était sans compter sur l’insouciance de Théa, qui embraya direct sur le point qui l’intéressait vraiment :
- Mais c’est quand même dommage, un beau jeune homme comme toi ! Cela vous fait un point en commun avec Lucia ! Elle n’est pas mariée non plus, malgré sa grande beauté, lança t’elle d’une voix taquine. Et si tu nous parlais un peu de toi, tiens ! Ajouta-t-elle en se tournant vers la lunaire aux longs cheveux blancs.
En entendant ces derniers mots, Rock fut soulagé. Enfin, les projecteurs le quittaient pour aller éclairer quelqu’un d’autre. Son stress allait pouvoir retomber. Mais tout cela lui avait donné terriblement envie de fumer une cigarette…

Revenir en haut Aller en bas
messages
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Rencontre au Festival de Lunaria
Revenir en haut Aller en bas
Rencontre au Festival de LunariaVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Festival de films de Jacmel a portee internationale
» FESTIVAL du jeu a istres
» Festival des Harmonies
» [Projet] Festival Vespéraeen
» [Archive 2009] 10-11-12/04 Festival Trolls et Légendes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moonlights ::  Lune ::   Lunaria ::   Sirona-
Sauter vers: